Ayurveda, la science de la vie

Ayurveda, la science de la vie

 

L‘Ayurveda qui signifie science ou connaissance de la vie (ayu= vie et veda=connaissance) est le nom de la médecine traditionnelle de l’Inde et certainement le plus ancien système thérapeuthique du monde remontant à l’ère védique soit 3000 avant notre ère. L’Ayurveda définie la vie comme la coordination intelligente de l’âme atma, de l’esprit manas des sens indriyas et du corps sharira.

L’Ayurveda a eu une grande influence sur les systèmes médicaux tout au long de l’histoire, dans la Grèce antique mais aussi en Chine et au Tibet formant la base de la médecine tibétaine associée au bouddhisme et à la médecine chinoise. On trouve aussi son influence au Népal, au Sri Lanka, en Birmanie et dans quelques régions de Thaïlande. Très prisé en Europe par les allemands et les scandinaves, l’ayurveda a été reconnu par l‘Organisation mondiale de la Santé comme système de soins à part entière.

Un diplôme de médecine ayurvédique requiert 5 à 6 ans d’études, délivré dans l’une des nombreuses écoles qui se sont ouvertes en Inde ces dernières années pour faire face à l’engouement et à la renaissance de cette discipline.

La Prakriti et les 3 doshas

La médecine repose sur l’utilisation de méthodes naturelles, massages à base d’huiles et de plantes mais aussi purgations et régime alimentaire.

La clé de voute de cette médecine est l’identification de la constitution individuelle ou Prakriti basée sur la théorie des 5 élements et des 3 doshas.

Le cosmos est composé de 5 éléments de plus en plus dense soit dans l’ordre : Espace-Air-Feu-Eau-Terre eux mêmes organisés de façon spécifique dans le corps humain en 3 principes essentiels appelés doshas.

Chez l’individu, un ou deux doshas dominent les autres. La santé dépend de leur équilibre et la maladie survient quand il est perturbé.

Ces trois doshas, subissent des modifications qualitatives et quantitatives quand ils sont soumis à une exposition répétée à des facteurs nocifs. La maladie qui en résultera dépendra de l’élément qui aura augmenté et des relations que les trois éléments auront alors entre eux.

Vata ou le principe de mouvement

Les caractéristiques sont l’interchangeabilité, l’imprévisibilité, la variation dans le caractère et dans l’action. L’individu vata possède en général un corps plutôt élancé, avec des proéminences au niveau des veines et des articulations et possède une peau sèche et froide. Il est caractériel, enthousiaste, imaginatif et impulsif. Il a beaucoup d’idées mais peut être velléitaire. Il est prédisposé à l’inquiétude et à l’insomnie. Son énergie est intermittente et capricieuse.

Pitta ou le principe de transformation ou métabolisme

Le caractère de la personne pitta est prévisible. Il est en général de taille moyenne, fort et resistant avec une intelligence rapide. Il peut être très critique et passionné avec de brefs et explosifs déclenchements de colère. Il mange et dort régulièrement. Il aime le soleil mais souffre de la chaleur et de dérangement au niveau du système digestif.

Kapha ou le principe de cohésion ou structure

Le kapha a une attitude cool,. Il est souvent solide, lourd et fort avec une digestion lente, des cheveux assez gras et la peau froide et pâle. Enclin à la lenteur, il a besoin de dormir beaucoup, il est obstiné et lent à prendre une décision. Il a souvent un niveau élevé de cholesterol, des problèmes de poids et des allergies.

Traitement

Le but du traitement ayurvédique est de ramener les doshas à l’équilibre, ce qui est accompli par deux moyens: l’apaisement par la réduction des doshas quand l’augmentation est faible et la détoxination du corps quand l’augmentation est de modérée à sévère

Le diagnostic ayurvédique utilise le poignet, la langue, le visage, les yeux et les ongles. Le poignet revèle des rythmes de pulsations qui déterminent les différents types vata, kapha, pitta. Une fois le diagnostic établi on peut passer au nettoyage à partir de massages avec des huiles à base d’herbe. Quand l’huile penètre dans le système, elle prelève les toxines, virus et bactéries et les éliminent par les canaux qui sont representés aussi dans la médecine chinoise.

Une cure ayurvédique est un moyen extraordinaire de consolider son potentiel de défenses immunitaires et même de limiter, voir faire disparaître, certaines affections..

L’Ayurveda sans un accompagnement nutritionnel bien étudié n’existe pas. La nourriture détruit autant qu’elle soigne. Une alimentation mal équilibrée provoquera une altération du feu gastrique Agni et donc une mauvaise digestion et la formation de toxines ama, source de maladie. L’alimentation doit être en concordance avec chaque constitution individuelle ou Prakriti.

A suivre


«