(Inde du Sud) Chez l’habitante au Kerala

Chez l’habitante au Kerala

Katamkera a établi un partenariat au Kerala en Inde du Sud avec l’ONG et agence de voyage solidaire Kabani.

L’organisation encourage l’engagement des communautés villageoises dans l’ écotourisme, le commerce équitable, la mise en valeur de son artisanat et de ses produits agricoles.

Le tourisme communautaire est une forme de voyage dans laquelle les habitants des villages sont à la fois au centre des décisions organisationnelles et principaux bénéficiaires des retombées touristiques.

Kabani travaille avec les pêcheurs et les fermiers du Kerala pour les aider à mettre en place eux mêmes leurs propres programmes touristiques. L’argent ainsi récolté est ensuite partagé par l’ensemble de la communauté. Avec une telle dynamique, le tourisme n’est jamais une finalité sans lendemain constructif. Il constitue réellement un apport supplémentaire, sans toutefois se substituer aux activités de base. Les bénéfices seront, tous, partagés équitablement, dans une grande transparence financière.

Un programme d’accueil chez l’habitant a été initié dans différents villages. On peut partager des moments de convivialité , des cours de cuisine comme ici.

Nous avons interrogé quelques femmes sur la façon dont elles vivaient sur l’ expérience de cette forme de tourisme

Reena

« Pour moi et toute ma famille,  l’idée de voir des étrangers fut au départ  un grand sujet de curiosité jusqu’à ce que nous commencions à accueillir les premiers touristes . Je n’aurai jamais imaginé pouvoir communiquer et échanger avec des personnes, autres que ceux de mon village ou de ma communauté.  Ce fut un véritable challenge en tant que femme de transformer ma maison en lieu d’accueil. Je fus encouragé et soutenu par les autres villageois et le réseau de chambres chez l’habitant qui s’était déjà constitué dans le village ».

Eliyamma

« Avoir une chambre d’hôtes m’a aidé à comprendre et apprécier différentes cultures. Cela a ouvert l’esprit de toute la famille et nous sommes capables maintenant de comprendre les gens d’où qu’ils viennent ».

Mary

« Notre famille a réellement bénéficié financièrement du tourisme. Cependant je refuse que cette activité devienne notre principale source de revenu. La première leçon apprise de mes hôtes est qu’il n’y à aucun modèle de comportement et que la meilleur façon de se comporter, c’est d’être soi même, naturelle. Les hôtes recherchent surtout la simplicité. Je me souviens d’une de mes hôtes, une française qui raffolait littéralement du son des grillons la nuit autour de la maison..elle avait passé des heures dans la cour à essayer de les débusquer ».

 

 

 


«