(Sri Lanka) Les Vedda, peuple de la forêt

Les Vedda, peuple de la forêt

 

Les Vedda au Sri Lanka un peuple vieux de 16 000 ans

« Vous n’êtes pas des gens heureux…vous avez détruit la nature et maintenant elle vous punit » ..Parole d’un chef Vedda

Les Vedda ou peuple Wannyala-Aetto sont le dernier peuple indigène du Sri Lanka et leur présence sur l’île est attestée depuis l’age du paléolithique soit environ 16 000 ans.

Ils ne sont plus aujourd’hui que quelques centaines et en voie de totale extinction jusqu’à une nouvelle prise de conscience récente chez certains jeunes de la communauté et d’une prise de conscience gouvernementale.

Certaines légendes sont assez répandues comme celle des cinghalais qui disent qu’ils descendent du Prince Vijaya, le premier roi du Sri Lanka. En fait les anthropologues les font remonter à l’âge de pierre.

Colonisés le long des siècles par les différents envahisseurs cinghalais et tamouls, ils ont été lentement assimilés aux nouvelles cultures locales. Certains font de la résistance et vivent toujours dans la forêt. Pour certains leur rêve seraient de revenir vivre à Madura Oya sur la terre de leurs ancêtres.

La culture des Vedda

Originaires de la région des hauts plateaux du centre est de l’île, ils ont longtemps vécu  de la chasse (au chevreuil essentiellement) et de cueillette des plantes, des fruits et du miel sauvage de le forêt. Une fois par an vers le mois de juin, les hommes partaient pendant deux mois chasser avec leur arc, emportant avec eux un peu de riz et de piment en se nourrissant exclusivement des produits de leur chasse et de leur cueillette.

Ils pratiquaient une forme d’agriculture nomade sur brulis défrichant dans la forêt des lopins de terre appelés « chenas« pour y planter des céréales ou des légumes, les familles se déplaçant d’un lopin de terre à un autre chaque année.

Les Vedda ont leur propre langue, un dialecte antique. Ils pratiquent une religion à caractère animiste comme la plupart des peuples premiers, très proche des rites africains de possession où les chamanes lors de céremonie, entrent en transe et communiquent  avec leurs ancêtres.

Des grottes peintes de dessins gracieux et colorés témoignent de talents et de la sensibilité de ce peuple qui est très pacifique.

Dans les années 1950, le gouvernement du Sri Lanka a ouvert le territoire aux colons cingalais. Les forêts furent rasées au bulldozer et des milliers de cinghalais  vinrent s’installer. Leur dernier refuge forestier devint la Réserve du Parc de Maduru Oya.

Aujourd’hui de nombreux Vedda  habitent dans des villages à l’extérieur de la forêt. Les enfants vont à l’école et certains furent employés sur les terres des cinghalais ou sont partis comme domestiques dans les émirats du golfe.

Préservation de leur culture et écotourisme

Un petit rayon d’espoir subsiste  néanmoins. En effet il existe une nouvelle prise de conscience chez certains jeunes qui ne veulent pas voir leur culture disparaitre et certains Vedda disposent désormais d’un permis de chasse et de cueillette dans leur Réserve leur permettant ainsi de continuer à vivre comme leurs aïeux.

Certaines initiatives dans le domaine de l’écotourisme local ont aussi vu le jour avec l’appui du gouvernement et proposent désormais des rencontres avec les aborigènes et la visite d’un musée.

Le choix de la construction d’un musée ethnographique des Vedda présentant une réplique de leur habitat semble avoir été un bon compromis pour ceux qui s’intéressent à la vie et la culture des peuples premiers mais qui souhaitent demeurer dans le respect de ces populations fragiles.

Vous pouvez faire une promenade dans la jungle avec un des membres, aller visiter leur grotte peinte, pour des moments d’interaction sur leur culture. Certaines agences proposent une expérience plus approfondie de 2 ou plusieurs jours avec les Vedda.

Cette forme de tourisme représente en apparence un revenu conséquent pour la communauté et participe ainsi à la préservation du bien-être et de la culture des Vedda. Il se pose cependant une question éthique et des limites strictes sont à établir pour ne pas tomber dans le piège du zoo humain.

Si vous voulez en savoir plus sur les Vedda, voir ce reportage de France 5

 

 


«